16 Août 2004

ISSIAKA BA « AMKOULLEL », RAPPEUR

« Nous n’envions rien aux autres en matière de rap »
Amkoullel, le «beau gosse » ou l’enfant peulh du rap malien était de retour au bercail le mois dernier. Avant de s’envoler pour la France où il réside depuis bientôt un an, il nous a confié l’objet de ce séjour de deux semaines ainsi que ses aspirations et projets.

Interview.

Le Mag : Quel est le motif de votre séjour ?
Amkoullel : Je suis revenu au bercail pour reprendre contact avec mes fans. Et cela à travers un show qui s’est déroulé le 16 juillet à Luna Parc. Pour la circonstance, je m’étais fait entourer de tous les potes de Bamako.
-Vous avez aussi débarqué avec un nouvel album, «Mali-Fransi». Pouvez-vous nous présenter ce bébé ?
Amkoullel : C’est un mixtape. Ce n’est ni un album solo ni une compilation. C’est un concept nouveau. Cet album est le fruit d’une collaboration avec le milieu hip hop à Paris. « Mali-Fransi » est un opus composé de chansons remixées et de nouvelles créations des rappeurs de plusieurs nationalités, basés en France.
-Qu’est-ce qui a motivé cette expérience?
Amkoullel : C’est Zemtsov, l’équipe avec qui je travaille à Paris, qui m’a aidé à réaliser cette expérience inédite. C’est elle qui m’a aidé pour mon maxi qui doit sortir en Europe. Sur Mali-Fransi, nous avons réuni une dizaine de rappeurs dont sept Maliens. J’ai été motivé par le fait que c’est une sorte de collaboration, une forme de jumelage artistique entre le Mali et la France. C’est aussi une manière de démontrer aux Maliens que nous n’avons rien à envier à ce qui se fait en France voire en Europe en matière de rap. Le plus souvent, ce sont les moyens de promotion et de distribution qui nous font défaut.
-A propos de collaboration, vous avez fait la Première de certaines célébrités comme
Cheick Tidiane Seck. Qu’est-ce que cela vous a apporté comme expérience ?
Amkoullel : Cheick Tidiane Seck est un maître dans la musique. J’apprends beaucoup avec lui sur scène. Nous faisons de genres différents, mais l’essence de la musique est universelle. Cheick fait du mandé groove et du jazz à base de musique traditionnelle réactualisée. Il avait fait trois featuring avec King Lassy Massassy. Puisqu’il bouge beaucoup, je l’accompagne depuis un certain temps pour assurer la première de ses spectacles. Cela m’a permis de rencontrer des gens comme Manu Dibango, de partager la scène avec Saly Nyolo, Keziah Johns, Lassana, Moriba Diabaté et beaucoup d’autres artistes ou instrumentistes. J’étais avec des grands et je ne pouvais qu’apprendre.
-Il y a un an, vous nous avez quitté pour entreprendre des études d’ingénieur du son en France. Où en êtes-vous actuellement avec ces études ?
Amkoullel : Finalement, je n’ai pas pu étudier parce que cela coûtait extrêmement cher. L’école la moins chère et la moins référencée coûte 3,5 millions F CFA par an. Et il me faut quatre années d’études. Sans compter mes dépenses quotidiennes. J’ai donc préféré me concentrer sur mon travail d’auteur interprète qui me permet de côtoyer régulièrement des ingénieurs du son. Cela m’offre donc l’opportunité d’apprendre sur le tas.
-Avez-vous des projets immédiats ?
Amkoullel : J’ai beaucoup de chose en tête. Mais, je n’aime pas parler des choses qui ne sont pas encore concrètes. Ce qui est sûr, je tente de restructurer le hip hop à mon niveau. Parce que, au Mali, cette industrie est toujours au stade archaïque. Et même si Mali K7 fait des efforts considérables, il n’y a pas encore de réseaux de distribution de produits de rap bien organisés ici. Alors que cela est indispensable pour notre promotion.
-Le mot de la fin ?
Amkoullel : Je ne cesserai de dire : Halte aux Pirates. Aux mélomanes je dis : n’achetez pas de produits piratés au risque de compromettre la carrière de vos artistes et les condamner à la misère. Soyons surtout humains et aimons nous les uns les autres.
Propos recueillis par
King Moseto

Boncana fait un enfant à Kamaldine
On savait que le maestro, Boncana Maïga, et sa protégée Mama Aïssata Kamaldine s'entendaient à merveille. Mais rares sont ceux qui savaient que cette complicité se prolongeait dans les loges à l'abri des regards indiscrets. Les tourterelles se la coulaient douce l'un dans les bras de l'autre. Résultat ! Un bébé. Détrompez-vous car il ne s'agit pas cette fois-ci d'un album. Mais, d'une fillette née en avril dernier aux Etats-Unis et dont les parents sont Kamaldine et Boncana. Kabako ? Pas du tout ! On comprend seulement pourquoi le maestro était devenu l'homme à tout faire de la Guinéenne qu'il a révélé au public et imposé dans le show biz international avec son tube à succès, "Madada". Mieux, on voit que le maestro n'est pas seulement un fabuleux arrangeur, mais aussi un parfait séducteur au charme irrésistible. En tout cas la plantureuse Kamaldine y a succombé au point de lui faire un enfant ! Bravo maestro. Longue et heureuse vie à notre fille ! (source magazine Podium de la Guinée).

Condoléances
L'artiste béninois le plus populaire de la world music, Gnonas Pedro qui était depuis quelques jours entre la vie et la mort est finalement décédé. Notre gentleman béninois qui a mis un terme à sa carrière solo pour le groupe Africando était un militant de la paix, de la solidarité et d'amitié entre les peuples. Selon les informations, le gouvernement béninois s'est engagé à prendre tous les frais liés à son hospitalisation. Le Mag, le personnel de Mali k7 présentent leurs condoléances à sa famille ainsi qu’au groupe Africando.

Le Site Tata Pound en ligne
www.tatapound.com est le site du groupe Tata pound. Il vient d'être mis en ligne. Tout ce que vous voulez savoir sur les Tata pound y est disponible : La Biographie du groupe, la discographie, les news, et vous pouvez même dialoguez avec eux.

Retour au bercail
Comme nous annoncions dans nos précédentes éditions, Désert Blues vient d'observer une pause après une longue tournée de deux mois à travers l'Europe et l'Amérique avec à la clé un succès phénoménal. Selon Michel De Bock, un des concepteurs de cette création, "l'objectif est atteint car il ne s'agissait pas de se faire de l'argent avec 24 personnes en tournée, il s'agissait plutôt de montrer l'autre versant de la richesse musicale au Mali" explique t-il. Les Artistes sont bien rentrés au bercail et entendent bien développer le projet.